Faune, flore, écologie

Géographie du pays

Vegetation :
La faible densité démographique du Laos (20 habitants au km2 environ) a permis de conserver un important espace forestier couvrant environ la moitié du pays. Ces forets, de type tropical pour la plupart, sont généralement constituées d'arbres à feuilles caduques tombant durant la saison sèche. Un petit tiers de ces forets sont encore des forets primaires.
Cependant ces espaces sont en danger à cause de la surexploitation du bois, dans un certain nombre de zones, le Sud et le Sud-Est du pays par exemple. Dans le Nord également, certaines forets primaires le long de la frontière chinoise commencent à souffrir d'une exploitation mal contrôlée.
Un autre danger est l'essartage traditionnel (culture sur brûlis) à certaines ethnies montagnardes, pour cultiver essentiellement le riz de pente, mais également le maïs ou le pavot. En effet les regroupements plus ou moins autoritaires de ces populations dans des lieux proches des nouvelles voies de communication ont amené une diminution de leurs surfaces cultivables, ayant pour conséquence des temps de jachère beaucoup plus court, ne permettant pas toujours à la foret de se régénérer. Ainsi par exemple, dans certaines minorités sino-tibétaines déplacées, les temps de jachère qui variaient de 18 à 25 ans sur leurs précédents territoires, ne sont plus que de 5 à 9 ans sur leurs nouvelles zones de culture. Les techniques d'essartage traditionnelles pratiquées par des populations semi-nomades sur de vastes zones étaient sans grosses conséquences pour l'environnement. Elles se révèlent très dommageables sur le plan écologique lorsqu'elles sont employées par des gens sédentarisés qui, à cause de la pression démographique, n'ont plus les surfaces suffisantes pour des temps de jachère raisonnables.
Les fonds de vallée sont en grande partie occupés par des rizières inondables.
Après la saison des pluies, les berges des rivières, fertilisées par le limon des crues, sont envahies par des jardins potagers qui produisent en abondance les légumes nécessaires à la cuisine lao.
Il y a peu d'arbres fruitiers au Laos, la plupart des fruits consommés étant importés. Cependant divers programmes tendent à relancer la culture de certaines variétés (ananas, par exemple).

Faune :
La faible pression démographique évoquée plus haut a également contribué au développement d'un grand nombre d'espèces animales. Ainsi, on a pu encore apercevoir récemment des espèces quasiment inconnues comme le bœuf Quang Vu, des espèces considérées comme disparues, tels le koupreys ou le rhinocéros de Sumatra ou bien rares comme le dauphin Irrrawaddy (dauphin d'eau douce) ou l'ours de Malaisie.
On trouve bien sûr au Laos toute la faune commune à la zone indochinoise : sambar, gaur, bateng, ours noir, civette, les diverses espèces de primates (macaque à queue de cochon, petit panda, douc langur, gibbon, pangolin, …), les reptiles (cobra royal, vipère verte, vipère de Malaisie, varan noir…)…..
Malgré les conséquences de la déforestation et surtout de la guerre le long de la frontière vietnamienne (bombardements et défoliants), il reste un certain nombre d'éléphants sauvages, particulièrement dans les provinces d'Attapeu, Champassak ou Sayaburi. Le léopard, le tigre ou la panthère bien qu'encore présents sur le territoire, deviennent extrêmement rares.
L'état de la faune ornithologique est très varié. Certes, les espèces restent nombreuses (plus de 400) dans les endroits isolés. Mais à proximité des zones habitées, la chasse intensive (fusil sommaire à poudre ou arbalète pour les hommes, lance-pierre ou piège pour les enfants) a anéanti les populations d'oiseaux. Il est à noter que les pouvoirs publics font des efforts pour limiter cette chasse et que l'on voit lentement revenir les oiseaux à proximité des villages.
Chaque rivière et trou d'eau regorge de poissons, de petits crustacés et d'amphibiens divers. Certains poissons-chats péchés dans le Mékong peuvent dépasser les 100 kg.